Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Activités / Projets / IFU

IFU

Ilots de Fraîcheur Urbains

Objet scientifique

Améliorer les connaissances pour l'atténuation de l'effet d'ilot chaleur urbain. Le projet IFU vise à comparer différentes stratégies bioclimatiques applicables à la conception des projets urbains, paysagers et architecturaux. Du point de vue physique, le projet IFU se base sur le rafraîchissement naturel des îlots urbains, par la prise d'effets de masques du bâti, de la couverture végétale, de la présence d'eau, des matériaux d'aménagements et d'enveloppes.

Terrain d'étude

La ZAC Montaudran Aerospace, à l'intérieur du périmètre du projet Plaine Campus, lauréat fin 2012 de l'appel d'offres Écocités.

Partenariat

Porté par le Laboratoire de recherche en architecture (LRA), le projet IFU est mené en partenariat avec le Laboratoire matériaux et durabilité des constructions (LMDC), l'Office national d'études et de recherches aérospatiales (Onera) et la Communauté urbaine Toulouse Métropole.

Financement

Dans le cadre de l'appel à projets de recherche et développement 2012 "Evaluation de dispositifs de rafraîchissement urbains" conduit par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), le projet IFU est d'un coût total de 165 k€, dont 150 k€ financés par l'Ademe, dont 105 k€ pour le LRA et 45 k€ pour le LMDC.

Période de réalisation

de janvier 2013 à mars 2015.

Premiers résultats (à la date de fin décembre 2013)

Au niveau du contenu, l'évolution du projet IFU est largement dictée par notre volonté de le pousser au plus loin dans une réalisation cohérente et innovante au sein du projet urbain de la Zac Montaudran. Il s'agirait d'une microcentrale de traitement des eaux grises couplée à un système végétal autochtone conçu pour favoriser au mieux les phénomènes d'évapotranspiration en saison chaude. Si tout cela se mettait à terme en œuvre, nous constituerions alors une première expérimentation mondiale au niveau des projets urbains. Pour le moment, nous n'avons trouvé aucune autre tentative, à l'échelle d'un quartier, couplant microcentrale et évapotranspiration des masses végétales au périodes chaudes de l'année.

Les retombées environnementales, difficiles à évaluer aujourd'hui, seraient doubles : influence sur le rafraichissement urbain en saison chaude, mais aussi une efficacité énergétique accrue du traitement des eaux grises du quartier (en comparaison au pompage et traitement dans la centrale de traitement de la Métropole toulousaine) et des besoins en eaux pour l'habitat (alimentation des chasses d'eau).

Implications au sein du LRA

  • Frédéric Bonneaud, pilote du projet jusque fin 2013, implication de 2 mois ETP principalement au printemps 2013 
  • Marion Bonhomme, pilote du projet à partir de début 2014
  • Tariq Demmou, ingénieur Insa de Toulouse, implication de 4,5 mois ETP entre février et juillet 2013
  • William Guyard, ingénieur Insa de Toulouse, implication de 4,5 mois ETP entre février et juillet 2013
  • Sylvie Assassin, contribution de 3 semaines ETP entre le printemps et l'automne 2013
  • Tathiane Martins, post-doctorat de juin 2014 à mai 2015
  • Charlotte Michel, chercheur associé

 

Documents téléchargeables

 

Liens vers la zone de travail des partenaires du projet