Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Activités / Thèses non soutenues / Aurora Perra

La limite urbaine-rurale. Variantes morphologiques des liaisons paysagères

Il bordo urbano-rurale. Varianti morfotipologiche di paesaggi di-a contatto

Thèse soutenue par Aurora Perra

  • Thèse préparée en cotutelle entre l'Université de Cagliari et l'ENSA-Toulouse
  • Soutenue à Cagliari (Sardaigne, Italie), le : 27 avril 2018
  • École doctorale : TESC
  • Unité de Recherche : LRA (ENSA-Toulouse)
  • Financement : fonds P.O.R. Sardegna F.S.E. 2007-2013.

Jury

  • Carlo Atzeni, Département DICAAR, Professeur à l’Université de Cagliari (co-directeur de thèse)
  • Rémi Papillault, LRA, Professeur à l'ENSA-Toulouse (co-directeur de thèse)
  • Aldo Lino, professeur à l'école d'architecture de Alguer, Université de Sassari, Italie.
  • Antonella Guida, Département DICAAR, Professeur associé à l’Université de Cagliari, Italie.
  • Maria Josefina Gonzalez Cubero, Département TAPA, Professeur titulaire à l'Université de Valladolid, Espagne.

Résumé

Cette recherche, par la découverte et l’analyse de la signification du bord et de ses caractéristiques, aborde une série de thèmes qui ont en commun leur fort impact culturel. Elle répond aux principales questions soulevées par l’habitat contemporain : son évolution, sa croissance, la relation difficile avec les systèmes de la tradition et les structures rurales-agricoles, l’interprétation d’un territoire continuellement soumis à des transformations.
En lisant le paysage à travers la binarité urbanité-ruralité, nous voyons comment cette relation est et a été, aujourd’hui comme hier, l’instrument de la stabilité et de l’équilibre de l’organisme urbain. C’est la productivité des tissus urbains et ruraux qui permet à l’ensemble de l’habitat de fonctionner. L’étude des morphologies est l’étude de la production du territoire, vu comme le résultat d’une opération de construction de traces, de signes et d’appropriation du lieu. Les formes permettent de comprendre le rapport à la tradition comme l’inscription des usages et des pratiques dans un contexte de référence : climatique, culturel, social, topographique.
Les formes issues de ce processus fermé (et non plus ouvert) conduisent à un anonymat, une homogénéisation et une généralisation qui amènent inévitablement un appauvrissement de la qualité de la vie. Une modification soudaine peut être résolue par un autre type de modification, grâce à une conceptualisation qui repenserait les significations, les relations au contexte, la matérialité, l’histoire, les rôles dans un processus de production d’habitats et d’espaces productifs.

Mots-clefs

Bords, paysage urbain-rural, changement d’état, processus écologiques, morphologies (urbaines-rurales)

Téléchargements

  • Mémoire de thèse
  • Rapport du jury de soutenance, pré-rapports