Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Activités / Thèses en cours / Marjorie Hervé

Entre urbanisme de projet et urbanisme transitoire : vers de nouvelles pratiques d’implication des populations dans les processus de fabrication de la ville dans la métropole toulousaine.

Thèse préparée par Marjorie Hervé

 

Encadrement

  • Directrice de thèse, ENSA Toulouse : Clara Sandrini
  • Co-directrice de thèse : Anaïs Leger-Smith

 

Comité de thèse

  • Comité de thèse 1 : Mercredi 21 Mars 2018

Composition :

  • Noël Jouenne, Docteur en Anthropologie sociale, Maître-assistant des ENSA, Toulouse /
  • Chris Younès, Chercheuse au GERPHAU du LAVUE, Université Paris-8 /
  • Véronique Biau, Chercheuse au CHR du LAVUE, Université Paris-8.

 

  • Comité de thèse 2 : Premier semestre 2019

Composition :

  • Khedidja Mamou, Chercheuse au CRH du LAVUE, Université Paris-8
  • Marion Serre, Chercheuse au laboratoire Project[s], Université Aix-Marseille.

 

Planning des réunions sur la période 2017-2018

  • Réunion intra-LRA : 12 Février 2017, rencontre entre les groupes de recherche “Formes Sociales-Formes Spatiales” et “Architectures Numériques” pour définir les possibilités d’échanges
  • Comité de thèse 1 : 21 Mars 2018, en présence de l’ensemble des membres. Production d’un livret explicitant l’état d’avancement des réflexions au milieu de cette première année de doctorat.

 

Planning des déplacements hors laboratoire

Plovdiv, Bulgarie : novembre 2017
Paris, France : mai 2018

Résumé

Le développement intense et continu de la métropole toulousaine, conséquence directe de sa grande attractivité et induisant des besoins en logements libres et sociaux, se heurte à la crise économique actuelle jugulant les finances des collectivités et les obligeant à faire ville autrement. Se développent ainsi à Toulouse-Métropole de nouveaux processus de conception urbaine, basés sur l’urbanisme de projet, mettant à profit la notion de négociation entre acteurs territoriaux au service des projets urbains, dans une perspective de « qualité urbaine » encore peu définie.
Partant du postulat que la « qualité » dans la métropole toulousaine est affaire de processus et de consensus, et donc de médiation entre parties prenantes, nous étudions comment l’incertitude intrinsèque aux projets urbains peut et doit être assumée comme opportunité d’adaptation pour faire projets au sein de la métropole toulousaine, notamment dans le cadre des actions de renouvellement urbain.
L’étude de plusieurs projets auprès de Toulouse-Métropole, à la fois sur des territoires Politique de la Ville et des grands projets au centre-ville, permettra d’analyser les modes de mise en œuvre pour faire « qualité » à Toulouse et les difficultés rencontrées, en même temps que nous nous interrogerons sur la mise à profit de l’incertitude présente dans ces projets comme opportunité d’inclure la société civile dès les prémices des projets.
L’objectif de cette recherche porte donc sur la définition de la notion de « qualité » comme processus incluant l’incertitude. Ce mode de conception s’appuie sur la définition de l’urbanisme transitoire comme véritable étape de l’urbanisme négocié, permettant d’atteindre une « qualité urbaine » consensuelle au sein de la métropole toulousaine.

Mots-clefs

Durabilité urbaine / Renouvellement urbain / Vivre-ensemble / Espace social / Urbanisme transitoire / Urbanisme négocié / Politique de la ville / Grands ensembles