Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Activités / Thèses en cours / Momar Talla Malick Fall

Observatoire de la ville critique des migrations

Thèse préparée par Momar Talla Malick FALL

  • École doctorale Temps, Espaces, Sociétés, Cultures (TESC)
  • Financement partiel de la Caisse des Dépôts et Consignations (appel à candidature pour la recherche en architecture et paysage, édition 2016)
  • Soutenance prévue en octobre 2020

Encadrement 

  • Directeur de la thèse : Daniel ESTEVEZ, Architecte DPLG, Ingénieur CNAM, HDR, Professeur des ENSA, Toulouse
  • Co-directeur de la thèse : Jérôme CHENAL, Dr ès Sciences, Maître d'enseignement et de recherche, EPFL, EDAR-ENS, Lausanne

Comité de Thèse

Présentation faite le 11 septembre 2018 à 10h au LRA sous la présence de :

  • Tiphaine Abénia, architecte, ingénieure, MC associée en Sciences et Techniques à l’ENSA Toulouse-LRA, doctorante TESC UTJJ

  •  

    Jerôme Chenal, co-directeur de la thèse 
  • Daniel Estevez, directeur de thèse
  • Laurent Jégou, géographe, Enseignant-chercheur au Département Géographie - Aménagement - Environnement de l’Université Toulouse Jean Jaurès, co-directeur de la revue Mappemonde

Résumé

Les mouvements migratoires, aux causes diverses, occasionnent des mutations importantes dans les structures socio-politiques des pays et continents qui les subissent. Parmi celles ci, il y a les habitats précaires qu'elles font naitre dans la ville. L’Afrique et l’Europe sont particulièrement concernées par ces phénomènes. Il peut s'agir d'une dynamique « sud-sud », on parle alors d'exode rural ou encore de migration locale et « nord-sud » (émigration, migration globale). Ces déplacements de populations, non compris et pris en compte dans la fabrication de la ville, peuvent être la source de rejets, instabilités politiques, émeutes urbaines etc. Fort du constat que ces situations urbaines précaires naissent des migrations, ce travail de recherche propose une analyse architecturale et urbaine en miroir d’un bidonville en Afrique de l’Ouest (Pikine, Sénégal) et d'installations de migrants en Europe (Paris, Calais, France). Cela, par le biais d’outils cartographiques étendus (numériques, qualitatif, narratifs, photographiques etc.) et avec la participation des habitants. Par la suite, il s’agira de montrer en quoi ces morceaux de villes nés de migration révèlent les caractéristiques fondamentales du tissage de l’espace habité par l’être humain. L'objectif est aussi de pouvoir par la suite proposer des stratégies de projet en architecture et en urbanisme pour ces situations. En effet, l’observation précise et méthodique du terrain est en soi le projet et la prémisse de celui-ci.

Mots-clefs

bidonville, campements, criticité urbaine, informalité, cartographies numériques, observation