Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Activités / Thèses en cours / Yahia Benzakour

La médiation architecturale comme outil de régulation des processus transformations habitantes au Maroc Le cas de la ville de Fès

Thèse préparée par Yahia Benzakour

Encadrement


Comité de thèse

Composition

 

Planning des réunions sur la période 2014-2017

 

Planning des déplacements hors laboratoire

 

Résumé

Ce projet de thèse s'inscrit dans le cadre des nouvelles méthodes de
conception dans la fabrication de l'architecture et de la ville. Il interroge la participation
habitante dans la fabrication de l'habitat au Maroc.
La recherche prend place dans la ville de Fès. Ancienne capitale administrative
et économique du pays, Fès a une place particulière au Maroc
puisque cette dernière fut traversée par toutes les dynasties ayant régnées sur
ce territoire. Sa ville ancienne fut classée au patrimoine mondiale de l'UNESCO
en 1981. Cette ville cristallise également tous les problèmes que les villes
marocaines ont subies après l'indépendance, à savoir une forte exode rurale,
l'émergence de l'habitat clandestins et une planification tardive et séquencée.
L'objet de la recherche est la compréhension des conditions de l'émergence
des transformations habitantes au Maroc au travers de l'étude du cas de
la ville de Fès.Et cela afin de pouvoir intégrer ces éléments lors des phases de
conception ou encore lors de l'élaboration des politiques nationales de l'habitat
au Maroc.
La problématique est la suivante : comment s'opèrent les processus des transformations
habitantes au Maroc au travers de l'étude de la ville de Fès? Pour
quelles raisons ces derniers émergent-ils ? Est ce que la médiation architecturale
peut être envisageable pour réguler ce processus ? et transformer la pratique architecturales et urbaines au Maroc.
Nous émettons l'hypothèse suivante : les processus de transformation
sont liés à plusieurs éléments, Le premier réside dans l'apparition de nouvelles
centralités urbaines. Le second est lié au fait que le parc de logement n'est pas
adapté aux attentes des habitants et aux conditions climatiques marocaines.
Le troisième, quant à lui, est lié à la volonté de la participation habitante de
manière plus directe dans la fabrication de l'architecture et de la ville au Maroc.
Afin d'appréhender la complexité des processus, nous avons procédé à
la constitution d'un transect. Ce dernier englobe des quartiers issus des différentes
périodes de la planification fassie durant le XX et XXI siècle.

Il s'agira aussi de confronter les stratégies urbaines et les politiques
de l'habitat à la notion de modernité en architecture. Et cela afin d'évaluer
l'impact et l'influence moderne dans la fabrication des villes marocaines. La
question de la règlementation est également omniprésente dans ce travail et
cela afin de constater les écarts entre la règle et les pratiques.
Les résultats attendus de cette recherche ont pour objectifs l'élaboration
d'un état des lieux du parc de logement actuel à Fès et des transformations
qui y sont survenues. Il s'agit ici aussi de mettre en évidence le nécessité
d'une prise en compte des recommandations habitantes dans la production
de l'habitat au Maroc. Et enfin elle permettra aussi de mettre en exergue la
prédisposition indéniable des futurs habitants à s'impliquer dans la fabrication
de leurs logements. Cette recherche permettra aussi de questionner le rôle de
l'architecte et du docteur en architecture dans le cadre de diversification du
métier au Maroc.

Mots-clefs

architecture moderne au Maroc, transformations habitantes,
conception participative, diversification du métier d'architecte, médiation architecturale.