Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Productions / Thèses et HDR soutenues / Thèses soutenues / Aïcha Boussoualim

Incidence des caractéristiques microclimatiques sur l'usage et les activités en espace public extérieur : étude de cas à Blagnac

Thèse soutenue par Aicha Boussoualim

  • soutenue le : 10 janvier 2002
  • école doctorale : Mécanique, thermique et génie civil (MTGC), à l'Université de Nantes
  • unités de recherche : LRA (anciennement GRECO)
  • financement : BAF, bourse de la coopération algéro-française du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique en Algérie.

Jury

  • Luc ADOLPHE, Professeur à l'IFU (directeur de thèse).
  • Pierre Yves NIZOU, Professeur, Ecole polytechnique de Nantes.
  • François TOMAS, Professeur, Université de Saint Etienne (rapporteur).
  • Catherine SEMIDOR, Maître assistante, Ecole d’architecture et de paysage de Bordeaux (rapporteur).
  • Alain LEGENDRE, Chercheur CNRS, Université Paris V (LPEnv).
  • Alain CHATELET, Maître assistant, Ecole d’architecture de Toulouse.

Résumé

Nombreuses sont les études qui ont tenté de mesurer les effets des aspects du cadre bâti sur les comportements et l'impression de bien-être (aménagement, éclairage, chauffage, ventilation, ambiances sonores et olfactives...). Cependant, l'incidence des caractéristiques microclimatiques a rarement été étudiée.

A une échelle locale et au niveau de l'espace public, nous avons tenté de mettre en œuvre une méthodologie permettant de vérifier l'impact des caractéristiques microclimatiques sur les modalités et les fréquences d'utilisation des lieux et les types d'activités qui s'y déroulent. Ce travail vise à fournir des informations qui devront permettre à terme d’inscrire dans la pratique de conception architecturale et d’aménagement urbain une meilleure prise en compte des facteurs environnementaux qui influent sur le comportement et les perceptions des usagers.

Notre objectif fondamental est d'examiner et de comprendre l’influence des éléments climatiques sur les comportements et les activités en espace public. Pour cela, nous avons pris comme terrain d'étude trois places dans la ville de Blagnac (31). Notre méthode revient à croiser des données morphologiques et climatiques urbaines avec les résultats d'enquêtes et de suivis (enregistrements vidéo) du comportement des usagers sur site. C’est un travail qui se situe au carrefour entre sciences de l'homme et de la société, et sciences pour l'ingénieur. Il s’agit d’un travail exploratoire visant à mettre en place une méthode permettant de coordonner les approches liées aux analyses des caractéristiques microclimatiques à celles liées aux analyses des perceptions et des comportements des usagers. Ceci a impliqué la définition d'une méthodologie basée sur la discrétisation spatiale ainsi que sur un codage comportemental en collaboration avec le Laboratoire de Psychologie Environnementale (LPEnv, Paris V).

L'analyse des résultats a permis de repérer les emplacements de l'espace public qui sont le plus souvent occupés et ceux dont la durée d'occupation au cours de la période d'observation est la plus importante. Elle a permis également de vérifier les modes et la stabilité d'occupation des espaces en fonction des différentes conditions climatiques (été, hiver).

Mots-clefs

Espace public, microclimat urbain, mesures microclimatiques, observation vidéo, modes d'occupation, perception du climat, enquêtes, morphologie urbaine.

Téléchargements