Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Productions / Thèses et HDR soutenues / Thèses soutenues / Chandevy Men

Le vocabulaire de l’architecture khmère. Dictionnaire illustré et lexique français - khmer

Thèse préparée par Sisowath Men Chandevy

Jury

  • Nathalie Lancret, directrice de recherche CNRS, UMR AUSSER (rapporteur),
  • Michel Antelme, professeur des universités, Inalco (rapporteur),
  • Nelly Pousthomis, professeur, Université de Toulouse 2 Jean-Jaurès (examinatrice),
  • Pierre Fernandez, professeur, ENSA Toulouse (co-directeur),
  • Christian Darles (co-directeur).

Résumé

Cette thèse est consacrée sur le vocabulaire d’architecture khmer qui est
actuellement en cours de disparition. Les mots formels dans l’univers des architectes au Cambodge actuel, dit « non standard », nous essayons donc, en premier lieu de recenser les termes d’utilisées dans la construction générale et aussi spécifique qui consistent à comprendre l’architecture religieuse, les temples et les monastères, et l’architecture civile comme le bâtiment public, la maison traditionnelle khmère.etc. Le Cambodge est connu par la richesse de son patrimoine architectural et particulièrement pour le prestigieux site archéologique d’Angkor. Hors du patrimoine angkorien, le patrimoine post angkorien ont aussi de grand intérêt architectural et urbain. Ces vestiges représentent la société du passé, les mœurs et coutumes, la langue, les savoirs, et les savoir-faire particuliers propres à la richesse d’une mémoire vivante et active. De génération en génération, ces patrimoines « matériels et immatériels » ont prouvé par leurs histoires, et méritent d’être préservés et les faire vivre afin de les transmettre au jeune génération. En effet, ce travail de recherche fondé sur les objectifs de la préservation et de la conservation de la langue du domaine ainsi que les éléments patrimoniaux relatent l’objet et l’esprit. La difficulté de travailler est essentiellement la précision de l’appelle des mots. Plusieurs raisons subsistent, d’abord trouver les lacunes des documents relatifs à la terminologie architecturale ancienne. Les ouvrages remarquables faits au début du XIXe siècle, de l’époque coloniale abordent plutôt la culture, l’histoire, l’archéologie, l’évolution de l’architecture ou les styles, mais ils considèrent une part comme un outil de base pour cette recherche. Ensuite, perturbé par plusieurs années de guerre, le Cambodge a détruit une grande partie des structures sociales, dont le secteur de l’éducation se heurte à de nombreux obstacles, un souci primordial pour la préservation de l’identité nationale, lié à la conscience d’une mémoire, d’une culture et d’une langue commune. Cet effet provoque une rupture dans le transfert de connaissances dans tous les domaines, entre l’ancienne génération et celle d’aujourd’hui, qui est en plus une culture de transmission orale. C’est dans cette perspective que nous tentons de considérer la question de la langue adossée à l’architecture, comme fortement enracinée dans la culture khmère, il y a donc un lien étroit entre l’histoire de la construction et celle de la société khmère. Le gouvernement royal du Cambodge à travers le ministère de la Culture et des Beaux-arts, a sorti un slogan évoquant, rappelant que « sans culture pas de nation ».

Pour répondre à ces besoins, nous essayons d’établir le vocabulaire dans toute leur
complicité. Il s’agit de recenser des termes littéraires ou familiers à l’abandon, de retrouver les mots perdus dans l’utilisation quotidienne sur le chantier de construction, d’analyser, de comparer avec d’autres architectures. Le vocabulaire va de la conception architecturale à l’utilisation de l’édifice en passant par le chantier et les usages sociaux. Il est nécessaire de donner des définitions compréhensibles pour chaque mot spécifique de l’acte de bâtir et surtout simple sans prétendre être exhaustif.

Nous développons en deuxième le vocabulaire propre à l’architecture khmère. Il s’agit d’une étude de différent types des temples brahmaniques ou bouddhiques, le bâtiment et la maison traditionnelle, en commençant de son ensemble extérieur, sa disposition jusqu’à la partie intérieure en détail. Les mots sont classés dans l’ordre alphabétique français et traduire dans la même colonne en langue khmère. Nous avons fourni pour chacun d’eux une définition accompagnée en général de nombreux illustrations. Ces figures présentent au sein de chaque partie sont des dessins et des croquis, ils sont des exemples concrets, qui assurent la permanence d’une technique, et qui permettent de mieux comprendre les diverses situations abordées. On a visé dans la mesure du possible, à la précision et à la clarté du texte. A la fin, nous élaborons un lexique comportant deux index donnant la traduction du mot français en khmer, puis inversement, de tout en l’ordre alphabétique de chaque langue.

Mots-clefs

architecture khmère, vocabulaire de l’architecture khmer, dictionnaire raisonné,
construction khmère, patrimoine architectural khmer, temple khmer, monastère khmer, lexique de la construction khmère.

Téléchargements