Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Productions / Thèses et HDR soutenues / Thèses soutenues / Daniela Painemal Granzotto

Habitat durable, culture et territoire Mapuche - Adaptation aux exigences contemporaines et sauvegarde des identités culturelles

Thèse soutenue par Daniela Painemal Granzotto

  • Thèse réalisée en co-tutelle avec l'Université Catholique de Louvain
  • Défense privée à l'UCL le : 28 octobre 2014
  • Présentation publique ou soutenance à l'ENSA Toulouse le : 17 décembre 2014
  • École doctorale : TESC
  • Unités de Recherche : Architecture et climat (UCL) et LRA (ENSA Toulouse)
  • Financement : 

Jury

  • Monique Barrué-Pastor, directrice de recherche CNRS au LRA jusqu'en 2012   
  • Pierre-Marie Decoudras, professeur émérite, Université de La Réunion (rapporteur et président de la soutenance publique)
  • André De Herde, professeur ordinaire à l'Université Catholique de Louvain (promoteur ou co-directeur)
  • Pierre Fernandez, professeur à l'ENSA de Toulouse (promoteur ou co-directeur)
  • Yves Hanin, enseignant-chercheur à l'Université Catholique de Louvain (secrétaire)
  • Denis Zastavni, enseignant-chercheur à l'Université Catholique de Louvain (président de la soutenance privée)

Résumé

La recherche porte sur la problématique des rapports entre patrimoine culturel, habitat et qualité environnementale. Il s’agit de traiter des relations entre tradition culturelle et modernité, entre adaptation aux exigences contemporaines et sauvegarde des identités culturelles (savoir-faire, architecture, perception de l’espace, histoire et cosmogonie…). Explorer les interfaces entre ville et campagne, nature et culture, ville et bidonville, être et habiter, pour construire un rapport entre architecture intégrée et développement durable du peuple Mapuche.

Le besoin de recherches sur ce problème devient urgent. Les masses migratoires des paysans indigènes Mapuches vers les villes atteignent des niveaux alarmants. Ils sont installés dans des bidonvilles  ou dans des H.L.M d’État construits à très bas prix, inadaptés aux besoins des Mapuches. La situation est devenue critique. La détérioration urbaine devient  irréversible et la culture Mapuche disparaît.

L’objectif de cette recherche est de contribuer à la connaissance et à la reconnaissance des problèmes du peuple Mapuche, et par là même, à concevoir un habitat et une architecture durables, respectueux de leurs valeurs et de leurs besoins. Il est  important de comprendre les nouvelles fonctions et organisations de l’espace, de saisir les logiques territoriales, le rôle et la place des individus et de la collectivité, pour favoriser le développement de ces territoires.  Il s’agit de chercher des solutions alternatives centrées sur un habitat social, écologique et durable, qui non seulement prenne en compte les rapports à l’espace, à la cosmogonie, et aux savoir-faire locaux (notamment le travail du bois), mais s’attache aussi à renforcer des logiques sociales. Ces solutions pourraient devenir un facteur déclenchant d’une nouvelle voie vers un développement équitable et durable de la ville, une ville dans laquelle les Mapuche auraient leur place.

Mots-clefs

Architecture durable, anthropologie de l'espace, architecture vernaculaire, culture et territoire

Téléchargements

  • Mémoire de thèse
  • Pré-rapports de Pierre-Marie Decoudras
  • Rapport du jury de soutenance