Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation

Vous êtes ici : Accueil / Productions / Thèses et HDR soutenues / Thèses soutenues / Phuoc Anh Le

Architecture, paysages, identités : approches urbaines appliquées au cas du Lac de l'Ouest à Hanoï

Thèse soutenue par Lê Phước Anh

  • Soutenue le 13 juin 2016 à l’École d'architecture de Toulouse.
  • École doctorale : TESC.
  • Unités de Recherche : LRA et LISST (UT2J).
  • Financement : bourse de l'État vietnamien.

Jury

  • Daniel Weissberg, professeur à l'UT-Jean Jaurès (directeur)
  • Pierre-Marie Decoudras, professeur émérite, Université de la Réunion (rapporteur)
  • Maurice Goze, professeur émérite, Université de Bordeaux 3 (rapporteur)
  • Paulette Girard, anciennement maître assistante, ENSA de Toulouse (examinatrice invitée)
  • Jérôme Ionesco, responsable Projets et formes urbaines, AUAT (examinateur invité)
  • Pierre Fernandez, professeur à l'Ensa de Toulouse (président)

Résumé

Dans l’aménagement, le respect de l’identité du paysage ou de l’esprit du lieu (Genius Loci) acquiert une importance particulière. Cependant, cette exigence n’est pas toujours facile à satisfaire, à cause de l’abstraction et de la complexité des notions, qui entraînent souvent des difficultés dans la détermination des facteurs concernés, voire encore des contradictions et conflits dans la perception.

La présente thèse tente d’apporter une contribution à la compréhension du problème, en cherchant à cerner les différentes dimensions ou facettes du concept d’identité du paysage, les facteurs générateurs ou modifiants, pour constituer un cadre théorique susceptible de guider la pratique. Les connaissances acquises seront appliquées dans un paysage exceptionnel à Hanoï, la capitale du Vietnam. C’est le Lac de l’Ouest, un site naturel et historique très connu, qui était encore un milieu suburbain dans un passé peu éloigné. Il témoigne aujourd’hui d’un processus d’urbanisation intense car il est planifié pour devenir le nouveau centre de la ville. Le maintien de ses caractéristiques essentielles devient une demande urgente dont la signification dépasse l’échelle du milieu.

L’auteur, en tant qu’architecte, considère évidemment la forme comme préoccupation de première priorité lorsqu’il entame la recherche. Toutefois, à travers l’étude, il apparaît que la question d’identité ne peut pas être résolue si l’on ne l’examine que d’un point de vue purement architectural dans le sens conventionnel, sans recourir à une approche multidisciplinaire. Une méthode trop centrée sur les formes s'avère partielle, voire inadéquate, particulièrement quand le rapport entre la forme et les sens accordés n’est jamais aussi relâché que comme dans la société postmoderne actuelle. Ceci est également confirmé lorsqu’il est placé dans le contexte culturel local. Régis par l’esprit dialectique ou par la pensée synthétique à l'orientale au lieu de l'esprit analytique ou cartésien à l'occidentale, les gens d’ici ont l’habitude d’identifier l’espace en fonction des activités et de la charge symbolique rattachée plus que par les éléments physiques concrets. Ainsi, les formes servent maintenant de toile de fond ou de support pour une manifestation la plus vivante possible des activités et des sens, plutôt que de chercher à impressionner directement avec les effets visuels frappants. En termes d’esthétique, une telle approche convient mieux aussi à la vision traditionnelle, qui apprécie plus le charme discret que les images trop claires ou explicites.

Mots clés : 

Identité, paysage, architecture, projet urbain, aménagement, perception, conception, interprétation, sens, forme, espace, dialectique, Lac de l’Ouest.

Téléchargements

  • Mémoire de thèse
  • Pré-rapport 1 et pré-rapport 2 des rapporteurs
  • Rapport du jury